Skip to content

Month: janvier 2020

Nos projets avec la promo « Développeur-ses data » de Simplon Grenoble.

En partenariat avec l’école Simplon de Grenoble, la Turbine.Coop a mené une série de projets data et numérique avec les apprenants de la première promo des développeuses et développeurs data, qui ont ainsi pu se frotter à un projet numérique en situation professionnelle, et appliquer leurs acquis IRL. Une occasion en or pour se faire la main sur de nouvelles compétences avant de se lancer sur le marché de l’emploi. Des projets data, c’est quoi ? Les données sont partout aujourd’hui et les projets travaillés par les simploniens concernaient toutes sortes de domaines : des données touristiques à trier et classer

Le Festival Transfo à la Turbine.Coop

Le Festival Transfo repart pour sa troisième édition. Cette année, la thématique nous touche plus particulièrement : penser l’impact du numérique et réfléchir à ce qu’il peut apporter de positif à une planète dont nous devons plus que jamais prendre soin. A la Turbine.Coop, Transfo prend plusieurs forme : le 13 mars à 19h30, une table-ronde – Le Numérique : Fléau ou Atout pour la transition écologique ? le 14 mars, l’équipe de la Turbine.Coop vous accueille dès 13h pour une après-midi DataLab avec des ateliers cartographie, dataviz, des tests et des jeux. En parallèle, un Mapathon Missing Maps est

La Turbine.Coop est partenaire du Magasin des Horizons dans le cadre des expositions de Minia Biabiany et Álvaro Barrios

Du 30 janvier au 7 juin 2020 au Magasin : expositions Minia Biabiany et Álvaro Barrios Dans la veine de l’exposition I Remember Earth, le MAGASIN des horizons poursuit l’exploration des pratiques artistiques qui touchent à l’écologie. En tramant poésie et politique, le centre d’art de Grenoble rend visible la conscience environnementale des artistes le plus souvent conjugués au féminin.Avec l’exposition de l’artiste Minia Biabiany, il sera question de penser l’écologie au-delà de l’Occident plus précisément depuis le monde caribéen. Son travail dans sa forme poétique et évanescente nous oblige à regarder fixement un impensé de notre histoire coloniale française